Calixthe Beyala donne à Emmanuel Macron la stratégie pour stopper l’immigration des africains en France !

Nouvelle sortie fracassante de l’auteure française d’origine camerounaise, Calixthe Beyala.
Réagissant au regain de la polémique liée à l’émigration des africains vers les pays occidentaux, particulièrement en France, l’écrivaine a lancé un message parsemé de piques assassines.

L’une des solutions pour éviter l’immigration africaine est de ne plus mettre en place des sous-préfets européens appelés présidents dans plusieurs pays africains.

La question de l’immigration des noirs pour l’Europe, principalement la France est au cœur des enjeux depuis quelques années maintenant. Dans l’une de ses sorties ce mardi 23 novembre 2021, l’écrivaine publie un petit texte avec pour titre : Quelques conseils aux Européens pour empêcher l’immigration Africaine – Notamment à Macron,  Calixthe Beyala pense avoir le secret pour limiter l’immigration des africains.

Son secret se résume en 13 points. Ces propositions s’adressent particulièrement au président français Emmanuel Macron.

Lire ici les 13 recommandations de Calixthe Beyala :

1° ne plus exploiter les sous-sols des Africains

2° Ne plus armer les groupes terroristes

3° Ne plus assassiner les leaders africains.

4° Ne plus provoquer des guerres tribales.

5° Ne plus mettre en place des sous-préfets européens appelés présidents.

6° retirer les armées étrangères notamment françaises des pays Africains

7° Abolir cette monnaie de singe appelée CFA

8° Payer les matières premières africaines à leur juste valeur.

9° Laisser les Africains choisir leurs dirigeants

10° Laisser les africains choisir librement leurs partenaires économiques.

11° 6 pays africains doivent siéger au conseil permanent de l’ONU

12° Ne plus financer L’Union Africaine et en faire un embryon de union Européen

13 Ne plus bombarder les pays Africains

Alors, les Africains resteront et travailleront chez eux ; ils s’épanouiront dans leur belle Afrique ! Les problèmes de l’immigration s’arrêteront. Voilà pour aujourd’hui