Conflits CAF vs Cameroun : Pourquoi Biya snobe toujours Motsepe ? Les dessous de rendez-vous (encore) manqués !

Les rendez-vous se multiplient, et se soldent tous par un échec. Entre le Président Paul Biya et le patron de la CAF, toutes les audiences programmées finissent par être annulées. Une succession d’événements qui commencent à faire circuler des bruits de couloir, supputant de profondes inimitiés entre les deux plus grandes personnalités de la prochaine CAN.
Nos confrères de Défis actuels ont mené l’enquête et fait de troublantes révélations.

Nous avons eu de merveilleuses discussions avec le Premier ministre, le ministre des Sports et la direction du football au Cameroun », a salué Patrice Motsepe, le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), au sortir de l’audience qu6 lui a accordée le Premier ministre Joseph Dion Ngute le 16 septembre dernier. Enfin le patron de la CAF a pu rencontrer les autorités de Yaoundé. Mais c’est certainement une « victoire » au goût amer pour le dirigeant sud-africain.

Lui qui avait annoncé nuitamment la veille de cette visite, qu’il aura une audience avec le président Paul Biya. Le communiqué de la CAF était rendu public alors même que le jet privé du milliardaire sud-africain survolait déjà le ciel du Cameroun, en provenance de Lagos la capitale nigériane où il assistait au Tournoi Aïcha Buhari.

L’instance faîtière du football africain s’était d’ailleurs fendue en excuses « pour tout inconvénient que cette information tardive pourrait engendrer», dans un courrier adressé au président du Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2021 et non moins ministre camerounais des Sports et de l’Education physique (Minsep).

Complot contre Mouelle Kombi?

Entre les lignes, on peut découvrir un aveu de sacrilège contre celui-même qui est la courroie de transmission officielle entre le pouvoir de Yaoundé et le propriétaire de la compétition que le Cameroun est appelé à organiser dès janvier prochain.

Et la CAF s’est rendue compte qu’elle s’était embourbée. Et plus aucune communication n’arrivera sur ledit programme. L’opinion vivra simplement l’évolution des choses, avec l’audience dans les Services du Premier ministre.

En réalité, « le chef de l’Etat a découvert ce qui se tramait contre son ministre et a refusé de recevoir Motsepe », confie-t-on. Et justement, selon des sources bien informées, « l’incident commis par le président de la CAF, c’est d’avoir mis à l’écart le ministre des Sports qu’il n’a pas informé de sa venue au Cameroun ».

D’ailleurs, le Pr Narcisse Mouelle Kombi ne sera pas aperçu à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, à l’arrivée de la délégation de la CAF. C’est Séidou Mbombo Njoya, le président de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot) et ses collaborateurs qui sont allés accueillir le patron du football africain.

Pour une visite en rapport avec la CAN 2021 que le Cameroun est appelé à organiser. De quoi conforter ce haut cadre du Minsep, qui déclare qu’« il y avait un complot ourdi contre le Cameroun, sur Olembé, instigué par la collusion Mosengo -Seidou. Ils ont été court-circuités par le président de la République qui s’est bien rendu compte qu’ils fomentaient quelque chose de louche ».Le secrétaire général de la CAF qui, après avoir conduit la mission conjointe CAF-FIFA en juillet dernier pour inspecter .le stade d’Olembé en prélude au match’ Cameroun-Malawi qui devait servir de test pour cette infrastructure, est celui qui a dénoncé « des rapports tronqués » qui auraient servi à valider le stade pour ce match des éliminatoires de la Coupe du monde.

Pour notre source au Minsep, « ces comploteurs qui étaient sûrs de la disqualification du Minsep ont été surpris de sa forte implication dans ce dossier, appelé par le Premier ministre. D’où le scénario d’hier (vendredi, Ndlr.), totalement inattendu par ceux-là mêmes qui ont informé le Minsep par courriel qu’ils seront reçus par le président de la République».

Tirage au sort

Ainsi, Patrice Motsepe qui venait réparer un crime de lèse-majesté causé contre le président Paul Biya, en ^accordant la priorité au sultan roi des Bamoun, par ailleurs géniteur de son protégé à la Fécafoot. Une entorse que les services de la présidence de la République n’auraient pas tolérée.

Du coup, après le tirage au sort de la CAN, le président de la CAF qui n’a pas eu l’honneur d’avoir à ses côtés une personnalité du sommet de l’Etat, a dû subir un ministre des Sports éclipsant son poulain Seidou Mbombo Njoya lors de la cérémonie. Avant de quitter Yaoundé sans rencontrer un haut représentant de l’exécutif du Cameroun.

Quoi qu’il en soit, après la polémique sur la praticabilité du stade d’Olembé, Patrice Motsepe dont l’administration, la Fécafoot et le Minsep, se sont retrouvés à s’étriper parfois sur J’espace public, peut souffler d’avoir au moins pu rencontrer un décideur du pouvoir de Yaoundé.

Avec l’espoir que le message parvienne au Premier sportif national. Peut-être alors, le chemin est désormais déblayé, en attendant que toutes les conditions soient réunies pour la signature de l’Accord-cadre attribuant définitivement l’organisation de la CAN 2021’ au Cameroun.