État de siège : Félix Tshisekedi procède au bilan ! Voici ses nouvelles instructions !

 

Ce lundi 13 septembre, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a présidé la réunion du Conseil national de sécurité (CNS) pour évaluer l’état de siège dans en vigueur depuis mai dernier dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu.

 

Après quatre mois, c’est l’heure du bilan de l’État de siège instauré dans les zones sujettes aux conflits. Face à l’aggravation de la situation sécuritaire malgré les efforts sur le terrain, le gouvernement affirme que M. Tshisekedi a donné « de nouvelles orientations ».

« Il s'agissait également de lui faire le compte-rendu des opérations ainsi que d'autres problèmes liés à la logistique, pour qu'il puisse en donner des orientations. Le chef de l'État a ainsi donné, à cette occasion, des orientations strictes », a déclaré le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya qui a pris part à cette réunion.

Après son long séjour européen, Félix Tshisekedi a convoqué à ces assises « les ministres du Budget et des Finances afin que tout le nécessaire soit mis à la disposition des militaires au front pour ramener la paix et la sécurité dans cette partie du pays ».

Les lieutenant-généraux Jonny Luboya et Constant Ndima, respectivement gouverneur de  l’Ituri et gouverneur du Nord-Kivu ont pris part à la réunion. Ils avaient déjà participé à une autre réunion la semaine dernière présidée par le Premier ministre Sama Lukonde sur la situation sécuritaire dans les provinces précitées.

Pendant ce temps, l'évaluation de l’état de siège entamée par la commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale n’a toujours pas dévoilé ses conclusions en vue de nouvelles orientations, alors que de plus en plus les voix s’élèvent pour demander la requalification de cette mesure exceptionnelle voire sa levée pure et simple. 

L’Ituri et le Nord-Kivu s’enlisent dans l’insécurité dont les auteurs sont les groupes armés locaux et étrangers, principalement les combattants des Forces démocratiques alliées (ADF) présentés par les Etats-Unis comme la branche du groupe terroriste Etat Islamique (EI) en Afrique Centrale. Ils ont multiplié des attaques ces dernières semaines dans le territoire d’Irumu en Ituri, plus précisément sur la RN4 entre Komanda et Luna. Ici, une dizaine de véhicules ont été attaqués et incendiés la semaine dernière par ces combattants. Au moins quatre personnes ont été tuées. Ce qui avait conduit les autorités militaires à suspendre le trafic sur cet axe. Mais depuis sa réouverture à la fin de la semaine dernière, une autre attaque a eu lieu ce lundi, selon les sources locales. Un véhicule a été incendié.