Arrestation de Jacky Ndala : Moise Katumbi et Cie accusent directement la Président de la République !

 Le patron de la Ligue des jeunes du parti de Moïse Katumbi Jacky Ndala a été mis aux arrets ce dimanche 18 juillet 2021 et placé en détention à l’ANR.
 Dans une récente sortie, le parti politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi Chapwe est monté au créneau pour dénoncer “l’enlèvement” du coordonnateur de sa jeunesse Jacky Ndala.

Plusieurs voix se sont soulevées pour dénoncer l’arrestation de Jacky Ndala, envoyé au cachot depuis hier, dimanche 18 juillet.

Selon le communiqué de ce parti politique, il s’agit d’un acte arbitraire, d’abus de pouvoir qui témoigne d’une dérive vers l’autoritarisme et ses regrettables excès.

Dans la foulée, Ensemble pour la République affirme que deux autres collaborateurs de Jacky Ndala ont été appréhendés par des véhicules dont deux portant des plaques d’immatriculation de la Présidence de la République.

“Déjà hier 17 juillet, deux collaborateurs du coordonnateur Jacky Ndala, en l’occurrence Bushiri Kuminga Jacques et Mangala Bolaboto Djanny, ont été appréhendés vers 19h30 sur l’avenue des Huileries par des gens arrivés dans 4 véhicules dont 2 portant des plaques d’immatriculation de la Présidence de la République. Ces infortunés, conduits d’abord à la Cité de l’Union Africaine, ont été finalement acheminés dans les installations de l’ANR connues sous la désignation des Trois Zoulous ou 3Z où ils ont subi des tortures avant d’être relâchés vers 13h00 de ce dimanche, au moment où M. Jacky Ndala lui-même venait d’être amené manu militari en ce même lieu”, lit-on dans ce communiqué signé par le secrétaire général Dieudonné Bolongetenge Balea.

C’est ainsi que le Parti de Moïse Katumbi dit dénoncer les auteurs de ce comportement et exige la relaxation immédiate et inconditionnelle de Jacky Ndala.

En outre, Ensemble pour la République rappelle qu’il est membre de l’Union Sacrée de la Nation du président Tshisekedi, au même titre que les autres composantes et estime qu’il mérite sa part de considération et de respect notamment du fait de sa contribution “significative” à cette dynamique.

Ensemble pour la République appelle l’attention du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo sur le péril de l’intolérance et de l’absolutisme qui “prennent corps” auprès de certains leaders de sa famille politique et des institutions dont il est le garant du bon fonctionnement et l’invite à user de son autorité pour y mettre fin, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.

Pour sa part, l’association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) dénonce l’arrestation arbitraire du coordonnateur de la Jeunesse de l’ensemble pour la République, et crie à la violation de la constitution.