Le trésor public prend en charge deux premiers ministres !

Les dépenses de rémunération, indemnités de logement et fonctionnement de la Primature sont chiffrées à 15,5 millions USD durant les cinq premiers mois de l'année en cours. Depuis le 20 mai, le Trésor public prend en charge deux premiers ministres.


En RDC, la Primature a payé ses dépenses pour la période de janvier à Mai 2019 à hauteur de 15, 5 millions contre les prévisions linéaires de 11, 1 millions USD, soit un taux d’exécution de 139,5%. La ventilation de ces dépenses se présente de manière suivante : fonctionnement à hauteur de 7,8 millions USD contre une prévision linéaire de 4,8 millions USD soit un taux d’exécution de 162 % ; celles de la rémunération et indemnités de logement à 7,7 millions USD contre les prévisions linéaires se situent à 5,6 millions, soit 137 %, alors que le pays vit sans Gouvernement, il y a de cela six mois déjà. Dans l’ensemble, la Primature a déjà utilisé 58,1 % de son budget annuel en cinq mois.

La Loi de finances 2019 reconnaît les dépenses de rémunération d’un seul premier, fixé à 12 305 USD par mois, comme traitement de base. À cela, s’ajoute les 606 personnels politiques, composant son cabinet, dont le budget de leurs salaires et indemnités de logement est de 65,9 millions USD pour l’année 2019.

En cinq mois, ce personnel politique a déjà utilisé 2,7 millions USD et le Premier ministre 5 millions USD pour le paiement de rémunération et indemnités de logement.
Cependant, le trésor public paie les dépenses pour le fonctionnement, de rémunération et indemnités de logement de cabinets de deux premiers Ministres : Bruno Tshibala, qui assure l’intérim et Sylvestre Ilunga Ilunkamba, avec son équipe, qui attend son entrée en fonction. Ce qui expliquerait le dépassement engrangé sur les rubriques Fonctionnement et Rémunération.

L’exécution du budget de la Primature, telle que renseignée par le rapport du Ministère du budget à fin mai 2019, renseigne que la gestion budgétaire reste opaque, le non-respect des lignes budgétaires pourrait conduire à une entrave au bon fonctionnement du nouveau Gouvernement, une fois installé.

Commentaires