Félix Tshisekedi au sommet de Niamey : un enjeu de taille !

Le président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, séjourne depuis samedi, à Niamey au Niger, où il participe au sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA) du 7 au 8 juillet 2019.


Selon le service de communication de la Présidence, les Chefs d’Etat des pays membres de l’Union africaine présents à ces assises débattent notamment, de l’épineuse question de la zone de libre-échange continental.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui s’est toujours préoccupé au plus haut point de l’intégration africaine pour le développement de la RDC et du continent, sera convié à prendre la parole durant ce sommet.

Pour le Chef de l’Etat, c’est un objectif qui pourra être atteint grâce à un combat farouche mené contre l’insécurité et les différents conflits qui déstabilisent l’Afrique.

De par sa position géographique au carrefour de plusieurs organisations sous régionales, la RDC a un rôle important à jouer dans l’intégration africaine préconisée par tous les Chefs d’Etat au sein de l’organisation. Trente-deux chefs d’Etat sont présents dans la capitale nigérienne qui accueille le sommet de l’UA sous haute sécurité.

Le sommet de l’UA qui vient de s’ouvrir à Niamey au Niger est le plus grand événement historique pour le continent africain depuis la création de l’OUA en 1963. Car il doit donner lieu au lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale. (ZLEC).

54 des pays de l’UA feront partie de la ZLEC. Seule l’Erythrée n’a pas adhéré. Aujourd’hui, le Nigeria et le Bénin viennent de signer leur adhésion.

Cette dernière est un marché de 1, 2 milliard de personnes et va permettre de faire passer les échanges intra africains de 15 % à 60 %. Sa mise en oeuvre actif est prévue à partir de 2020.

L’objectif est d’aller à terme vers une entité continentale qui ressemblera à l’UE. Mais aussi, il va aider à donner un coup de fouet au commerce intra africain qui stagne à 15 % contre environ 47 % en Amérique, 61 % en Asie et 67 % en Europe. Ce commerce intra africains pourrait rapporter 16,1 milliards de revenus supplémentaires.

Notons que 3 pays africains dont l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud représentent à eux seuls 50 % du PIB cumulé de l’Afrique.

Commentaires