Poste de président de sénat : pourquoi le choix d'Alexis Thambwe Mwamba ?

Le Front commun pour le Congo (FCC), a annoncé Alexis Thambwe Mwamba comme son candidat au poste de Président du Sénat. Ce choix a été fait mardi à Kinshasa à l’issue de la plénière de la Conférence des chefs des regroupements de cette plate-forme politique. Mais la désignation de Thambwe Mwamba ne fait pas l’unanimité, car le regroupement AFDC-A membre de cette plate-forme, a de son coté, désigné plutôt Modeste Bahati Lukwebo à ce même poste.


Pourquoi le président honoraire Joseph Kabila a préféré l'ex ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba (ATM) à l'ex ministre du Plan Modeste Bahati Lukwebo (MBL), pour occuper le fauteuil prestigieux de président du sénat ? 

Les deux hommes sont tous rompus à la gestion de la chose publique. Thambwe Mwamba comme Bahati ont été plusieurs fois ministre et directeur général dans les entreprises publiques. Avantage tout de même à ATM qui en a plus occupé que MBL.

En termes de poids politique, c'est Bahati Lukwebo qui mène face à ATM. Bahati revendique être la deuxième force politique, après le PPRD, du Front Commun pour le Congo (FCC), la coalition qui soutient le président honoraire Joseph Kabila.
Son regroupement AFDC et Alliés comptent : 70 députés provinciaux, 43 députés nationaux et 14 sénateurs.

Thambwe Mwamba lui n'est pas à la tête d'une machine politique. 

Mais alors qu'est-ce qui a fait pencher la balance en sa faveur ?  Sa loyauté envers l'ex président de la République, selon plusieurs cadres du FCC. 
Il a une relation privilégiée avec Joseph Kabila, car il est discret, efficace et fidèle, selon ses soutiens.

L'autre atout qui a fait triompher ATM, c'est aussi parce qu'il a été le dispositif-clé contre les ambitions présidentielles de Moïse Katumbi, ex allié de Kabila devenu son opposant redoutable.

Les affaires Mercenaire et Passeport notamment qui ont contribué substantiellement à écarter Katumbi de la présidentielle de 2018 furent l'oeuvre de ATM. En tant que ministre de la Justice, il a instruit le parquet à ouvrir des enquêtes à charge contre l'ex gouverneur du Katanga.
En cela, il a pris de gros risques et en a payé le prix fort, car des poursuites judiciaires ont été ouvertes contre lui aux États-Unis (affaire Daryl) et en Belgique.
Thambwe Mwamba, fait aussi partie des personnalités proches de Kabila qui ont été sanctionnées soit par l'Union européenne soit encore par les Etats-Unis. 

Commentaires