La malnutrition infantile en RDC est l'un des principaux problèmes de développement !

C'est un secteur de développement aux enjeux sous-estimés : la malnutrition infantile. En RDC, 42 % des enfants souffrent d'un retard de croissance dû la plupart du temps à ce fléau, soit six millions d'enfants au total. Et loin de diminuer, ce chiffre augmente chaque année. La Banque mondiale vient d’allouer plus de 500 millions de dollars à un programme destiné à lutter contre ce phénomène qui entrave le développement économique de tout un pays. C'est ce qu'explique Jean-Christophe Carret, directeur pour la RDC de cette institution au micro de Florence Morice.


50 % des enfants qui décèdent entre 0 et 5 ans -ils sont relativement nombreux en RDC-, c’est dû à la malnutrition. Deuxième effet, même si on est toujours en train de vérifier, il semblerait qu’il y ait un lien entre les enfants qui quittent l’école avant la fin du cycle secondaire et la malnutrition. Donc c’ est responsable probablement en grande partie du fait que 20 % des enfants qui entrent à l’école ne finissent pas le cycle de l’éducation secondaire. Ils ont du mal à apprendre. Le cerveau ne se forme pas de la même façon. Il y a des déficiences dans la manière dont le cerveau se développe, quand l’enfant ne bénéficie pas d’une nutrition adaptée.

Selon le rapport de la Banque mondiale, le taux élevé de la malnutrition est lié à la pauvreté. Environs 70 % de la population en RDC est pauvre.

« Le Congo est aujourd’hui le troisième plus grand réservoir des pauvres au monde après l’Inde et le Nigeria. Et contrairement à l’Inde, c’est un pays où le nombre des pauvres s’accroit chaque année. Donc aujourd’hui, on a à peu près 60 millions de pauvres en RDC, et par rapport à l’année dernière, il y a 1,5 million de pauvres de plus que l’an dernier. Là aussi, c’est une bombe à retardement. » a-t-il indiqué.
Cette situation conduit le pays à ne pas traduire une partie de sa croissance en réduction de la pauvreté même s’il a une croissance économique.

Le projet de la banque mondiale trouve alors son sens par le fait que la malnutrition est l’un des principaux problèmes de développement en RDC comme l’indique le responsable pays de la Banque mondiale.

« On pense, avec ce projet qui va concerner quatre provinces, aider 2,5 millions d’enfants et 1,5 million de mères à ne pas souffrir de malnutrition. On touche un quart de la population d’enfants malnutri. Cela veut dire à mon avis que les enjeux de développement en RDC sont gigantesques, parce que quand on arrive avec le plus grand projet jamais réalisé et qu’on peut seulement s’occuper d’un quart de la population d’enfants qui souffrent de ce problème, cela montre l’ampleur de l’enjeu. » a-t-il dit.

Commentaires