Pauvreté : le cas de la RDC est très critique !

Plus grand pays d’Afrique francophone, la République démocratique du Congo (RDC) possède d’immenses ressources naturelles et une population d’environ 78,7 millions d’habitants, dont moins de 40 % vivent en milieu urbain. Avec ses 80 millions d’hectares de terres arables et plus de 1 100 minéraux et métaux précieux répertoriés, la RDC pourrait devenir l’un des pays les plus riches du continent africain et l’une de ses locomotives de croissance si elle parvenait à surmonter son instabilité politique.


Le pays se remet encore d’une série de conflits qui ont éclaté dans les années 90 et généré un marasme économique et social persistant. Joseph Kabila est à la tête de la RDC depuis 2001. Les élections présidentielle et législatives qui devaient se tenir en novembre 2016 ont été reportées afin de procéder à la révision du fichier électoral. Le pays est plongé dans une crise politique qu’ont tenté de désamorcer le facilitateur de l’Union africaine, Edem Kodjo, et l'épiscopat congolais, en servant de médiateur entre le gouvernement et les partis d’opposition. Un accord signé le 31 décembre 2016 a instauré une période de transition pendant laquelle le pouvoir serait cogéré par le président Joseph Kabila et l’opposition, jusqu’à l’élection présidentielle prévue fin 2017.

Le calendrier électoral publié par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a par la suite fixé la tenue du scrutin présidentiel au mois de décembre 2018, tandis que le Parlement a adopté un projet de loi électorale controversé. L’Église catholique et la communauté internationale continuent cependant de demander le respect de « l’accord de la Saint-Sylvestre ». Réprimées par les forces de l’ordre, des manifestations organisées en faveur de l’application de l’accord ont fait plusieurs victimes.
La croissance du PIB réel de la RDC est remontée à 3,4 % en 2017, après avoir chuté de 6,9 % en 2015 à 2,4 % en 2016 (son plus bas niveau depuis 2001). Une progression qui s’explique par la hausse des cours des matières premières et l’augmentation de la production minière nationale, et notamment du cuivre et du cobalt qui assurent 80 % des recettes d’exportation.

Commentaires