RDC : "Sans eux, j’aurais perdu ma jambe" La célèbre actrice Ashley Judd sauvée par des villageois congolais après un grave accident !

 

L’actrice américaine de 52 ans a eu un grave accident au Congo, alors qu’elle était en expédition dans la forêt congolaise, dans le cadre d’une mission de sauvetage des bonobos.
Sans l’aide des habitants d’un village reculé, elle aurait sans doute perdu sa jambe ou pire, la vie.

Ashley Judd a raconté sur son compte Instagram comment elle s’était retrouvée dans une unité de soins intensifs en Afrique du Sud après une chute au Congo.

Un effroyable récit qui, elle espère, mettra en lumière le manque de moyens médicaux dans cette partie du monde.

La raison de son voyage sur le continent africain ? La protection des bonobos, espèce en danger "qui n’existe plus que dans des parties reculées du Congo" .

 "J’ai l’habitude d’être ici. Je suis une femme de la nature, comme vous le savez", écrit-elle sur son compte Instagram avant d’expliquer qu’elle "a heurté quelque chose dans le noir et est tombée".

Un seul morceau de bois entre les dents pour calmer sa douleur

Une chute dont elle n’a pu se relever, l’une de ses jambes étant sérieusement fracturée. Ashley Judd reste dans un premier temps cinq heures au sol sans pouvoir bouger accompagnée d’un collègue, uniquement aidée d’un bâton en bois qu’elle mord entre ses dents pour gérer la douleur. Un accessoire de survie qu’elle a montré lors d’un live Instagram avec le journaliste du New York Times Nick Kristof. En larmes face caméra, la comédienne assure ressentir "beaucoup d’amour, beaucoup de compassion et beaucoup de gratitude" pour ses sauveurs.

"Sans mes frères et sœurs congolais, mon hémorragie interne m’aurait sans doute tuée et j’aurais perdu ma jambe", insiste-t-elle dans une autre publication Instagram qui documente son expérience. Photos et vidéos à l’appui, Ashley Judd nomme et remercie chacune des personnes qui lui ont permis d’être soignée. De Dieumerci qui a été "son témoin" dans les premières heures et a "tout fait pour maintenir sa jambe immobile" à Papa Jean, qui "a replacé ses os cassés dans une position qui lui permettait d’être transportée". "Je ne comprends toujours pas comment il a fait ça si méthodiquement alors que j’étais comme un animal. Il m’a sauvée et a dû le faire deux fois", dit-elle.