Crise à la CPI : La succession de la procureure Fatou Bensouda pose problème !

Fatou Bensouda est au terme de son mandat en sa qualité de patronne du Bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI). 15 juin 2021, le nouveau Procureur prendra officiellement fonction. Mais avant d'y parvenir, les impétrants sont soumis à une rigoureuse sélection afin de désigner le successeur de la gambienne.


En vue de mettre en place un processus d’élection plus transparent, les 123 États parties à la Cour pénale internationale (CPI) s’étaient accordés pour confier à un comité d’experts la sélection de plusieurs candidats au poste de procureur général. Le 1er juillet, Morris Anyah (États-Unis-Nigeria), Susan Okalany (Ouganda), Fergal Gaynor (Irlande) et Richard Roy (Canada) ont été choisis par le comité. 
Mais à en croire Jeune Afrique, ces quatre personnalités n'ont pas convaincu de nombreux États parties. Aussi, dix (10) candidats recalés ont-ils finalement été repêchés pour compléter cette short-list de candidats.
Cette situation inédite est en effet consécutive à la déception de plus en plus récurrente au sein des 123 États parties adhérents au Statut de Rome sur le profil de ces quatre candidats présélectionnés pour accéder à cette prestigieuse fonction. Remettant ainsi en cause le travail des experts.
Il faut cependant noter que, même si les candidats peinent à convaincre, un seul sort néanmoins du lot. Il s'agit de l’Irlandais Fergal Gaynor, qui, à la suite de longues tractations, a pu décrocher le soutien d'une dizaine d'États. Mais parviendra-t-il à se hisser à la tête du parquet à La Haye ?
Nous y reviendrons pour plus d’informations…