L'insoutenable secret qui lie Charles Blé Goudé à ses avocats ivoiriens révélé

Charles Blé Goudé et sa seconde famille, comme il a l'habitude de les appeler, forme désormais un grand bouclier infranchissable. Le président du COJEP rend toujours grace à Dieu du fait d'avoir mis sur son chemin des avocats désintéressés qui l'ont défendu contre vents et marée à la CPI. En visite avec les anciens de la FESCI établissant en Europe, Blé Goudé a fait le tour sur les circonstances de la désignation de ses avocats ivoiriens.

Charles Blé Goudé à ses avocats: « Relevez-moi ce défi »


Son transfèrement à La Haye à aujourd'hui, combiné au chemin parcouru, Charles Blé Goudé léve le coin du voile. Invitant ses anciens camarades de lutte au sein de la Fédération estudiantine et scolaire de Scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) à une causerie, l'ancien dirigeant de ce puissant syndicat ivoirien a fait de grosses révélations sur ses avocats ivoiriens.


« Jean Serge Gbougnon et Me Zokou m’ont rejoint ici, et j’ai écrit à la Cour pour dire que ce sont mes avocats. Et depuis 2015, ce sont mes avocats. Je l’ai fait sans complexe, parce qu’à notre génération, on nous nie tout. J’ai nommé Me N’Dri, Me Zokou et Me Gbougnon Jean Serge pour qu’on montre au monde entier que nous ne sommes pas nuls. Et ils l’ont prouvé si bien à la CPI. »
Un choix de Blé Goudé qui a été largement contesté à l'époque par bon nombre de ses proches et connaissances qui lui prédisaient d'ailleurs qu'il allait « mourir à la CPI », minimisant ainsi la capacité de ses avocats ivoiriens à le tirer d'affaire. Mais loin de se laisser décourager, Blé Goudé a réuni ses avocats et leur a tenu ce langage de vérité : « C’est un défi, et nous, on adore les défis. Relevez-moi ce défi-là. » Ils ont pour ce faire décidé de confier leur sort à Dieu en priant régulièrement lors de ce procès marathon.
Vous pourriez aussi aimer :Rencontre Blé Goudé - Akossi Bendjo, le contenu de leurs échanges


Poursuivant, le Génie de Kpô fait une révélation sur l'un de ses avocats : « On priait, et même à la pause, on priait Dieu, on invoquait Dieu. C’était Claver (Me Claver N’Dri, Ndlr) qui était le pasteur entre nous. » Puis, il ajoute : « Claver que vous voyez-là, c’est un berger. Lui, il impose les mains aux gens, et puis les gens tombent. »

Commentaires