Affaire Amadou Vamoulké : ''Reporters sans Frontière'' organise une grande manifestation à Paris pour revendiquer la libération du journaliste !

Ce lundi 10 Février 2020 marquait le 70e anniversaire du journaliste incarcéré à Kondengui depuis 1292 jours sans pour autant être jugé.
A cette détention que certains de ses collègues estiment arbitraire, s’ajoute le fait que le mis en cause se trouve actuellement dans un état de santé très critique.
Ainsi, en ce jour symbolique, une grande manifestation a été organisée devant l’Ambassade du Cameroun à Paris, pour exiger sa libération imminente et son évacuation sanitaire.

L’ancien dirigeant de la Cameroon Radio Television (CRTV), Amadou Vamoulké est incarcéré depuis juillet 2016, pour de présumés délits de détournements de fonds.
Il est accusé d’avoir commis une série de malversations à hauteur de 6 millions d’euros, alors qu’il exerçait la fonction de Directeur Général de la chaîne nationale.

Toutefois, après plus de trois ans d’incarcération, le désormais septuagénaire n’a toujours pas comparu devant le juge et est maintenu embastillé à Kondengui, et ce malgré l’absence de preuves concrètes.

En effet, depuis les faits, peu de preuves ont été apportées pour étayer les accusations portées contre sa personne.
A cela s’ajoute le fait qu’il n’y a aucun témoin qui ait certifié de détournements qu’aurait réalisés Amadou Vamoulké.

Ainsi, pour réclamer la libération de leur collègue, une forte mobilisation dirigée par Reporters Sans Frontières ont assiégé l’entrée de l’ambassade du Cameroun à Paris, ce lundi 10 février 2020.
A cette manifestation, plusieurs dizaines de sympathisants, activistes et journalistes, brandissant les photos du célèbre journaliste et scandant des messages appelant à sa libération immédiate sur des pancartes.

Notons que ce ne sont pas les premières démarches entreprises par la relaxe de Amadou Vamoulké.
L’intéressé a lui-même fait parvenir plusieurs missives à la présidence pour clamer son innocence.
Toutefois, ces lettres demeurent à ce jour sans suite.

 

Commentaires