Ces produits capillaires chimiques augmenteraient le risque d'avoir un cancer du sein

Les teintures capillaires et les produits de défrisage sont-ils responsables de cancers du sein ?

Une étude de cohorte réalisée à New York et dans le New Jersey étaye cette hypothèse. Elle montre que l’utilisation régulière de produits de lissage ou de défrisage et/ou des teintures foncées (brun foncé, noir) peut augmenter le risque de développer la maladie.


L'équipe scientifique des National Institutes of Health - institutions gouvernementales américaines qui s'occupent de la recherche médicale - ont analysé les dossiers de 46 709 femmes. Elle a constaté que les participantes qui avaient utilisé de la teinture permanente pour les cheveux au cours de l’année précédente étaient 9% plus susceptibles de développer un cancer du sein par rapport à celles gardant une crinière naturelle.

Le risque est encore plus élevé chez les femmes afro-américaines. Pour elles, l’utilisation d’une couleur permanente toutes les cinq à huit semaines était associée à un risque accru de cancer du sein de 60%. Les participantes de type caucasien avaient pour leur part un risque de 8%.

Alexandra White, auteure correspondante et directrice du groupe NIEHS sur l'épidémiologie de l'environnement et du cancer qui a travaillé sur ce projet, a expliqué “les chercheurs étudient depuis longtemps le lien possible entre la teinture pour les cheveux et le cancer, mais les résultats sont inégaux". Elle ajoute "Dans notre étude, nous voyons un risque plus élevé de cancer du sein associé à l'utilisation de la teinture pour les cheveux, et l'effet est plus fort chez les femmes afro-américaines, en particulier celles qui en utilisent fréquemment."

Les scientifiques se sont aussi penchés sur les produits de lissage. Ces produits, qui raidissent les cheveux, augmentent les risques d’avoir un cancer du sein de 30% s’ils sont utilisés toutes les 5 à 8 semaines. Avec ces crèmes, les taux étaient similaires chez les Afro-américaines et blanches. Toutefois, l’étude rappelle que ces soins plus répandus dans les salles de bain des afro-américaines.

Lorsqu’il a été demandé à Dale Sandler, co-auteur et chef de la division d'épidémiologie du NIEHS, s’il fallait arrêter de se teindre des cheveux, il a reconnu "Nous sommes exposés à de nombreux facteurs susceptibles de contribuer au cancer du sein, et il est peu probable qu'un seul facteur explique le risque d'une patiente". Il a toutefois ajouté “ bien qu’il soit trop tôt pour une recommandation ferme, éviter ces substances chimiques pourraient être une des choses que les femmes peuvent faire pour réduire leur risque développer la maladie”.

Chez les américaines de peau blanche, c’est l'utilisation de produits de lissage capillaire (+74%) et l'utilisation conjointe de lissants et de colorants capillaires (+140%) qui ont été associées au développement d’un cancer du sein. L'utilisation de colorants capillaires « cheveux noirs » était associée à une augmentation du cancer de type ER + (+54%) et celle de lissants était associée, pour sa part, à une augmentation non négligeable (+156%) du risque de survenue du cancer non œstrogène dépendant (ER -). A noter néanmoins qu’il n'a pas été demandé aux femmes de préciser le nom des produits qu'ils utilisaient.

Commentaires