Présidium Lamuka : Adolphe Muzito prendra la tête de la coordination de Lamuka, ce lundi 2 décembre !

Les cartes se redessinent au sein de la coalition LAMUKA. Cette plateforme élkectorale créée à la veille des élections du 30 décembre 2018, musée début l'année en cours en regroupement politique, verra ce lundi 2 décembre une passation entre Jean-Pierre Bemba, coordinnateur sortant et le radical Adolphe Muzito, un allié fidèle à Martin Fayulu, candidat perdant à la dernière présidentielle. 


Une passation d?un coordonnateur à un autre et/ou mieux encore, un changement de ligne politique, car la fissure est grande. Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba reconnaissent les institutions issues des dernières échéances électorales, le premier se réclamant de « l?opposition républicaine », lorsque Martin Fayulu et Adolphe Muzito ne veulent se considérer de l?opposition, protestant contre la victoire de Tshisekedi en exigent « la vérité des urnes. »

Adolphe Muzito, proche de Martin Fayulu qui ensemble revendiquent encore la prétendue victoire de celui-ci, se sont regroupés au sein d?une autre plateforme appelée Dynamique pour la vérité des urnes(DVU) afin de pérenniser cette démarche. Cette position est à l?opposé de celle entreprise par le camp Katumbi qui ne jure que par une opposition « constructive », basée sur des propositions et solutions que des critiques acerbes et médiatiques à l?encontre de Félix Tshisekedi.

Au cours de ces trois mois de coordination effectuée par Jean-Pierre Bemba, la coalition Lamuka n?a pris aucune initiative de terrain, allant dans le sens de manifester contre certaines prises de position du pouvoir en place. Un sentiment de vide à propos des activités de terrain.

D?aucun pense que cette passation en faveur de l?ancien Premier ministre Muzito, proche de Martin Fayulu qui récemment a fait savoir sa proposition de sortie de crise, « une transition de 18 mois et la création d?un haut conseil national de réformes institutionnelles(HCNRI) », pourra remettre sur la sellette cette coalition aux allures agonisantes.


Pour rappel, après des dissensions dans le processus de désignation du candidat au poste de rapporteur adjoint de l'Assemblée nationale, le présidium devra trancher sur la question du porte-parole de l'opposition. Muzito, comme Fayulu, considère qu'accepte ce poste, c'est admettre que Félix Tshisekedi a remporté la présidentielle. 

Commentaires