Nord-Kivu : paralysie des activités sociales et économiques à Kamandi et Kikuvo !

Tôt le matin de ce vendredi 22 novembre, les jeunes de la ville de Beni sont descendus encore une fois dans la rue pour dire non aux massacres répétitifs dans la région du Nord-Kivu à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

En guise de protestation contre les massacres des civils à Beni, une journée ville morte est observée ce vendredi 29 novembre dans la ville de Goma au Nord-Kivu. Décrétées par la société civile, les activités socio-économiques sont en grande partie paralysées ce matin. Boutiques, magasins et autres commerces n’ont pas encore ouvert. Ces manifestants sont allés assiéger les installations de la Monusco Boikene situées au quartier Masiani, commune de Mulekera pour demander son départ de la ville.

Les bombes à gaz lacrymogène ont été mises en contribution pour disperser les jeunes en colère qui n’ont pas cédé. Certains d’entre eux ont désinstallé les fils barbelés qui entouraient la clôture des installations de la Monusco.

Suite à cette situation, toutes les activités socio-économiques ont été paralysées ; boutiques, magasins, banques et autres institutions n’ont pas fonctionné, toutes les portes sont restées fermées. Il sied de rappeler les derniers massacres des civils à Beni par les rebelles ougandais a fait 19 morts. Consterné à la suite de ce nouveau massacre des civils, la population de Beni tout comme celle de Goma manifestent pour dénoncer cette situation.