Gratuité de l'enseignement : les mouvements de protestation se multiplient chez les enseignements !

Le chantier titanesque de l'école primaire en République démocratique du Congo, se heurte depuis septembre à la colère des enseignements mal payés. Un défi majeur pour le président Félix Tshisekedi. 


La colère ne semble pas retomber. Des syndicats d'enseignements d'écoles catholiques et protestantes conventionnées avec l'état ont lancé un mouvement de grève pour protester contre la chute de leurs revenus. Le mouvement est parti du Sud Kivu le 25 septembre dernier et a gagné d'autres régions du pays. Ce mardi 5 novembre à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, les enseignants ont cessé le travail. La gratuité de l'école pour tous, mis en place par le nouveau président Félix Tshisekedi, depuis la rentrée ne passe pas.

 Les instituteurs ont vu ainsi leurs salaires diviser par trois ou quatre en moyenne dans le pays. Les syndicats d'enseignants affirment avoir touché seulement 120.000 francs congolais soit 75 dollars contre 250 à 450 dollars, quand leurs salaires étaient pris en charge par les parents, selon les syndicalistes. L'Etat n'a pas les moyens de payer des salaires décents. Le coût de la gratuité de l'école pour tous est estimé autour de 2,3 milliards d'euros, soit 40 % du budget total de la République démocratique du Congo. L'un des principaux syndicats d'enseignants le Syndicat des enseignants du Congo (Syeco) estime même qu'un peu plus de 100 000 enseignants n'ont pas touché leurs salaires.

 Le pouvoir ne veut pas en tout cas revenir sur sa promesse, celle d'une éducation accessible à tous. Mais le chantier de la gratuité reste titanesque. Un peu plus de 50 % des quelque 80 millions d'habitants ont moins de 18 ans. La gratuité a été perçue comme une mesure salutaire pour les Congolais ordinaires dont le revenu moyen plafonne à moins de deux dollars par jour. Le taux d’extrême pauvreté serait d'environ 73 % en 2018 dans le pays, selon la Banque mondiale. Ces mouvements de grève, lancé par des écoles protestantes et catholiques, agacent les parents d'élèves. Le 29 septembre dernier, signe de tension, des messes ont été perturbées à Bukavu par des manifestants qui accusent le clergé de tirer les ficelles du mouvement de grève.

Commentaires