Santé: Consommer des tomates diminuerait les risques de cancer du foie

Étude après étude, les recommandations en terme d’alimentation préventive contre le cancer s’affinent et se précisent. Cette fois, c’est la tomate qui intéresse les chercheurs : elle aurait un effet protecteur contre le cancer du foie ! C’est le lycopène, un pigment naturel qui donne la couleur rouge aux tomates, qui en serait responsable. Cette molécule, déjà connue pour ses forts pouvoirs antioxydants, permettrait de réduire les agressions hépatiques et donc le risque de développement du cancer.

Pour étayer cette hypothèse, les chercheurs ont travaillé sur des souris qui étaient en train de développer un cancer du foie : pendant 24 semaines, ils ont nourri un premier groupe avec de la poudre riche en mauvaises graisses, et un deuxième avec de la poudre de tomate.

Pendant 24 semaines, les scientifiques ont pu récolter les données transmises par les souris et évaluer dans quelle mesure la poudre de tomate diminuerait le développement de foyers inflammatoires au niveau du foie et l’augmentation des risques du cancer du foie.

"Le fait de les nourrir avec de la poudre de tomate a augmenté la richesse et la diversité du bon microbiote et empêché la prolifération excessive de certaines bactéries liées à l’inflammation. Fait intéressant, nous avons observé que la poudre de tomate est plus efficace qu'une supplémentation en lycopène 'pur' pour prévenir le développement du cancer du foie", expliquent les chercheurs.

Il faudrait que l’homme mange deux à trois tomates par jour ou l’équivalent d’une boite de sauce tomate pour que les effets soient bénéfiques sur notre organisme.

La tomate est aussi connue pour être l’anticancer prostatique par excellence ! Le lycopène réduit en effet le risque de cancer de la prostate et pourrait même légèrement freiner l’évolution d’un cancer déjà déclaré. Selon des recherches américaines, les hommes ayant les plus fortes concentrations de lycopène dans leur sang auraient moitié moins de risque d’avoir un cancer de la prostate. Chez ceux âgés de moins de 70 ans, le bénéfice serait encore plus grand !

Les chercheurs recommandent donc de manger deux à trois tomates par jour pour que les effets constatés sur les souris soient bénéfiques sur l’organisme humain.


Commentaires